Suivre un programme d’entrainement pour passer l’examen TOEFL

examen TOEFL

Ce contrôle des connaissances en anglais langue étrangère est une épreuve standardisée et payante qui vous garantit une certification reconnue à l’étranger. Pour le réussir, mieux vaut suivre une préparation sérieuse en s’adressant à un organisme spécialisé en la matière.

Zoom sur l’épreuve du TOEFL

Utile entre autres pour avoir accès à un MBA ou pour obtenir certains postes dans des entreprises, cette qualification a un niveau d’exigence élevé. Les candidats sont évalués sur quatre types de capacités en langue anglaise. Il faut donc être en mesure de comprendre l’anglais parlé, de savoir le lire, le pratiquer à l’oral et enfin, l’écrire correctement. Le TOEFL ne s’improvise donc pas, bien qu’aucun niveau minimal ne soit requis au préalable pour le passer. Afin de ne pas se sentir démuni le jour J, il est préférable d’acquérir (ou de renforcer) des bases solides dans la langue de Shakespeare. Une fois ces connaissances intégrées, il vaut mieux s’exercer dans les conditions du contrôle en se familiarisant avec des questions prévues à cet effet. Pour s’entraîner au test TOEFL de manière efficace, un accompagnement par des professionnels qualifiés s’avère très profitable. L’e-learning a fait ses preuves à cet égard. Avec une préparation adéquate, ce test n’a rien d’insurmontable !

Un score minimal à atteindre

Chaque épreuve du test TOEFL est notée sur 30. Il faut obtenir un score total de 120 points. Ce résultat reste valide durant les deux années qui suivent et il est possible de repasser ce test plusieurs fois, autant qu’on le souhaite. Il est cependant nécessaire d’attendre 12 jours entre chaque contrôle de vos connaissances en anglais langue étrangère. Pour que les candidats soient familiarisés avec la forme du TOEFL ibt, les cours en ligne sont une solution parfaitement adaptée. Cette vérification correspond à un “internet based test”, que les concurrents passent sur ordinateur. Grâce à l’appui d’un organisme de formation qualifié, la nature des épreuves proposées par le test d’anglais ne constitue pas une surprise déroutante. On met ainsi toutes les chances de son côté pour engranger beaucoup de points voire atteindre, pourquoi pas, la note maximale ! Pour y parvenir, il est conseillé de travailler sur plusieurs fronts.

Des compétences bien assimilées

Être à l’aise en anglais en tant que locuteur étranger exige la maîtrise de la langue orale et écrite. Il est aussi essentiel de comprendre l’anglais dans sa version américaine avec tous ses particularismes au niveau du vocabulaire, des expressions et de la grammaire. Les capacités à comprendre un texte écrit en anglais sont testées. Il s’agit d’appréhender le sens d’énoncés non spécialisés. Le test vérifie également l’aisance des candidats à l’oral : il faut savoir communiquer avec des anglophones de manière satisfaisante, sans se contenter de se faire comprendre. Enfin, les capacités à l’écrit sont contrôlées pour que l’examen soit complet. Un sujet spécifique est soumis au candidat afin qu’il développe ses idées en anglais en respectant l’orthographe et la grammaire, le tout porté par un certain style. L’épreuve dure 4 h 30 en tout, elle inclut les quatre types de compétences testées. L’organisme se charge d’inscrire les candidats au test.